On fait

App’art : une expo dans ton salon

Pourquoi avoir de l’art chez soi ? L’un de mes éternels questionnements…

Faut pas se leurrer, on n’a pas tous les moyens de se payer des œuvres pour orner son salon. Si tu n’es pas collectionneur, tout au plus tu as accroché sa dernière croûte pour faire plaisir à tata Monique, ou trouvé une jolie repro’ assortie à ta déco. Mais non, non, NON, on n’accroche pas un tableau parce qu’il est assorti à sa moquette. C’est un sacrilège ­ça, Môsieur. On a un peu du mal avec le concept de « marché » de l’art chez kartel car on le perçoit comme beaucoup plus grand qu’un objet de consommation. L’art raconte des histoires, des sensations, nous fait se questionner, se remettre en question (+3 points pour la rime)… autant de bonnes raisons pour investir finalement, si ce n’est pas pour faire d’un chouette moyen d’expression un miroir de ton compte en banque. (Après, si t’as vidé ton plan épargne logement pour avoir un p’tit Rembrandt chez toi je comprends que tu aies envie de l’exhiber.)

Et puis BAM ! Ces dernières années, ça a fleurit de toutes parts, telle une poussée d’acné à tes 15 ans : des galeries digitales, des plateformes pour louer des œuvres d’art, ou en acheter à moindre prix, et même des TV-tableaux ! Artoteka, Achetez de l’art, Kazoar…  il semble que l’art soit bien décidé à rejoindre ton appartement.

Mais prenons les choses dans l’autre sens : et si c’était ton chez-toi qui devenait le lieu d’exposition ? Qu’au lieu de faire rentrer l’art dans ton intimité tu faisais de ton lieu de vie un petit musée qui te ressemble ?

Et oui, aujourd’hui, pas de graaaand débat à se tirer les cheveux, on voulait surtout vous parler d’un concept bien sympathique, une initiative un peu « App’Art ».

Quand l’espace privé devient public

Et si votre maison devenait une galerie éphémère ? Pour tout entiché de l’art, ça semble une super idée. Et c’est ce que proposent Klaus et Marilou, les fondateurs d’un beau projet : App’art !
Le temps d’un weekend, le chez-soi d’un particulier devient la galerie de ses envies et ouvre ses portes aux visiteurs. Et pas besoin de réorganiser toute ta maison, l’idée étant que les œuvres (dont le nombre varie de 30 à 70 !)  s’adaptent à l’environnement. L’objectif : que tout le monde puisse prendre part à la diffusion de la culture, à son échelle, avec ses moyens.

« Créer une expérience de l’Art complète, où le public n’est plus seulement spectateur mais devient un créateur et un curateur. » _ App’art 

On n’aurait pas dit mieux.

Crédit : Klaus Gerke-vernet et Marilou Thirache. Photo : Noosphère

Une expo qui vous ressemble

C’est en effet la promesse de Noosphère, l’association porteuse du projet.

L’hôte a le choix parmi le catalogue d’artistes partenaires de l’association, qui s’étoffe de plus en plus au fil des éditions. Puisque créer du lien entre les différents acteurs d’une exposition est primordial dans ce projet, les membres d’App’art, les artistes et les hôtes collaborent à l’unisson : du choix des oeuvres à la mise en place de l’exposition en passant par la médiation ! Un vrai cadre convivial s’installe, où l’échange est mis à l’honneur !

De la rue à ton salon..

Une première bougie et déjà 3 expositions au compteur pour le concept App’art. C’est d’ailleurs ce weekend qu’a lieu la 4ème édition, placée cette fois-ci sous le signe du street art (je frétille). Bah oui quoi, vu que maintenant cette discipline a intégré galeries et musées, il est temps d’investir les appartements ! Pour Appart #4, c’est donc deux artistes qui orneront les murs d’un appartement parisien.

Crédit : Tarek Ben Yakhlef

 

Le premier, Tarek Ben Yakhlef à qui l’on doit Paris Tonkar (entre autres), est un artiste couteau-suisse: de la bande-dessinée au graffiti en passant par la scénarisation, ses œuvres souvent se regardent mais aussi se lisent. 70 ouvrages plus tard, rien que ça, Tarek n’a pas perdu de son peps : ses toiles regorgent toujours autant de couleurs qu’on ne peut être qu’amour et paix en les contemplant.

 

Crédit : Mat Elbé

 

De son côté, Mat Elbé a lui aussi une double casquette : celle du photographe pour Paris Tonkar et celle du pochoiriste. Il s’est d’ailleurs formé aux côtés de Tarek Ben Yakhlef à cette pratique. Ses icônes de la Pop culture lui ont valu une première expo en 2014 qui a marqué un coup d’envoi pour sa carrière.

Voici donc la collaboration inédite à découvrir pour cet App’art #4 qui a lieu du 23 au 25 novembre. Il suffit de pousser la porte du 5 passage Delessert, 75010 Paris (Code d’entrée 8f724) !

EXPOSITION APP’ART #4
TAREK X MAT ELBÉ   

Samedi 25 + dimanche 26 de 13h à 20h
Live painting le samedi après-midi
Vernissage vendredi 23 dès 18h

Oeuvres en vente sur place, prix variables.
(La rémunération va aux artistes et à l’association)

On aura de cesse de vous le répéter : il est grand temps de remettre en question les formes de l’exposition, sortir des musées, du cadre de l’institution, des galeries aseptisées, impersonnelles et promouvoir une culture collective, collaborative, conviviale et vachement moins relou. On se dit qu’avec de tels projets, on n’en semble plus très loin.

App’art ça, tout va bien !

Laissez un commentaire