On voit

Est-ce que t’es AWARE ?

https://awarewomenartists.com/

 

Et bien non, je ne parlerai pas de Jean-Claude Van Damme. Je comprends votre déception.

Après la Journée Internationale des Droits des Femmes et en vue d’APAF (Art Paris Art Fair), on avait envie de continuer dans cette lignée féminine et vous parler d’une association par et pour les femmes du secteur culturel : AWARE.

Dans le cadre d’APAF, nous allons découvrir ensemble Archives of Women Artists qui a sélectionné pour la foire une vingtaine d’artistes femmes afin de repositionner la place de la femme sur le marché. (woop woop) 

AWARE?

Les femmes artistes ne sont que trop peu représentées et sont souvent victimes de discrimination. On sait par exemple, que seulement 15% de femmes sont exposées lors de grandes manifestations. Alors imagine la FIAC, le Grand Palais, le nombre de galeries présentes, tu sais l’event où tu fais 12 fois le tour de toi même et t’as l’impression d’avoir vu mille trucs différents alors que t’as même pas fait 1/4 de la première allée ? Bah la réalité : 15% de femmes exposées. Ouais, voilà. Ça pique.

Du coup AWARE œuvre à redonner aux femmes artistes la place qu’elles méritent. L’Association a été fondée en 2014 par Camille Morineau et 6 autres femmes (Margot Mérimée Dufourcq, Daphné Moreau, Nathalie Rigal, Elisabeth Pallas, Alexandra Vernier-Bogaert, Julie Wolkenstein) et vise à réécrire l’Histoire de l’Art en lui donnant une vision plus égalitaire : placer les hommes et les femmes sur le même plan. Le but étant de donner encore plus d’importance à des femmes comme Carolee Schneemann, Marina Abramović, Yvonne Reiner ou encore Simone Forti. Parce que tu vois, quand Gustave Moreau disait que « L’intrusion sérieuse de la femme dans l’art serait un désastre sans remède », nous on est pas vraiment d’accord et on est pour que des femmes comme Marie Bashkirtseff (sa consoeur) sortent enfin de l’ombre. Ou encore on voudrait bien faire valoir Suzanne Valadon comme artiste et non pas juste muse de Toulouse-Lautrec, bah oui quoi.

Ainsi, AWARE propose aussi de replonger le nez dans les archives et le travail des femmes artistes du 20ème siècle car, explique Camille Morineau, toutes ces artistes n’ont jamais été regardées, écoutées ou même étudiées. Il est donc difficile aujourd’hui de valoriser leur travail à juste titre. Toutes ces femmes travaillent à rendre l’Histoire de l’Art plus juste, chose que l’on valide, mais également à porter les jeunes artistes femmes et à leur permettre de briller sur la scène artistique mondiale. Elles ne se limitent pas à la France et ont plein de projets ultra cool : elles organisent des visites de musées (GRATUITES), font des tables rondes, ont créé un site qui est une super banque de données en ligne sur les femmes artistes.

Portrait d’une femme qui déchire

Camille Morineau c’est une commissaire d’exposition/conservatrice du patrimoine. Elle a travaillé entre autre au Musée National d’Art Moderne, à Beaubourg ou encore à la Monnaie de Paris.

Elle avait d’ailleurs organisé elles@centrepompidou, vous savez la super exposition qui mettait en lumière les femmes artistes. On pouvait y découvrir des photographes, vidéastes, plasticiennes, cinéastes, chorégraphes, architectes… C’était l’une des premières fois qu’autant de femmes avaient été représentées. C’est également elle qui s’est occupée de l’immense rétrospective de Niki de Saint Phalle.

Camille Morineau a également créé avec AWARE la remise d’un prix : le prix AWARE pour une artiste émergente et le prix d’Honneur à une artiste plus confirmée. Puisque seulement 20% des femmes artistes sont promues, les fondatrices d’AWARE ont décidé de casser les codes et de remettre elles même des prix aux femmes.

APAF dans tout ça ?

Et bien Art Paris Art Fair c’est un peu l’événement qui tente de faire différemment de la FIAC. La foire se déroule du 4 au 7 Avril et invite 150 galeries de 20 pays différents. Le challenge de chaque édition est celui de la découverte, la nouveauté et la création worldwide, mais pour ne pas se mentir, j’ai toujours l’impression de voir les même galeries présenter les même artistes contemporains  (d’il y a 25 ans) et me rendre à APAF relève donc un peu de la mission. Néanmoins, en fonction des éditions, si l’on cherche bien, qu’on prend son courage à deux mains et qu’on visite stand par stand la foire, il est possible de trouver quelques pépites, des artistes au talent incroyable ou des galeristes venus du monde entier qui se battent pour faire valoir la jeune scène artistique. On peut vous parler de la Galerie Intervalle qui souhaite promouvoir le plus possible l’art auprès des amateurs ; ou encore la Galerie Pierre-Yves Caër qui ouvre ses portes en 2017 et est spécialisée en art Japonais et donne sa chance aux artistes emergents.

Cette année, en plus de mettre AWARE au centre de l’attention, APAF souhaite explorer l’art de l’Amérique Latine. Non, Ricky Martin ne sera pas là, et j’en suis fort triste, et oui je sais que je le cite souvent, mais que voulez-vous, chacun son péché mignon.

Nous en tout cas, on se concentrera sur la sélection d’AWARE mais également sur le secteur Promesses, qui pour nous, est un peu la chose la plus intéressante. Les galeries du secteur Promesses ont forcément moins de 6 ans d’existence, et nous essayons d’être dans la découverte constante, c’est ça qui nous branche. On espère vous croiser dans les allées de la foire, histoire de se faire 2/3 petits selfies, devant des œuvres bien sûr.

Si vous avez lu jusque-là, sachez que :

  • SOON des invitations seront à gagner sur notre page FACEBOOK
  • Si tu regardes à l’intérieur de toi, tu deviens AWARE, est c’est JC qui l’a dit

Laissez un commentaire